• Premiers mois

     De la découverte jusqu'à l'annonce...

    La grossesse n'a pas été, certes, toujours très facile à vivre. Je suis tous d'abord aller voir un médecin qui m'a rapidement envoyé vers un gynécologue. Je sais que je n'en avais parlé à personne pour ne pas leur faire de fausse-joie. Une fois que les certitudes ont été établies, j'ai effectué une déclaration de grossesse par mon médecin. Ce qui me gênait dans ces périples de futur mère, c'est qu'ils n'étaient pas au courant de mon homosexualité, et qu'il était parfois difficile d'expliquer exactement les situations. J'ai annoncé rapidement la bonne nouvelle à Lilia qui pleurait de joie. Quelques jours après, nous avons invité Xavier et Véronique à déjeuner pour leur dévoiler l'excellente nouvelle. J'étais enceinte de quatre semaines seulement ce qui me gênait particulièrement car la peur de perdre cet enfant, hantait mes nuits. Lilia me disait qu'il était normal d'avoir peur tout en me persuadant que la grossesse se passerait comme prévu.

     

    En mars, je suis allée voir mes parents avec Lilia, nos relations se passent très bien et nous nous entendons à merveille. Lorsque je leur ai dis que j'étais enceinte, ma mère n'a pas posé de questions, elle a tous simplement souri en me regardant. Elle était très heureuse pour moi, bien qu'elle se demandait par quel miracle, des lesbiennes tombaient enceintes. Mon père était moins ravi mais nous nous sommes tous embrassés et nous étions heureux. Par la suite, mon petit frère de trois ans mon cadet fut mis au courant.

     

    Il était plus difficile d'envisager que les parents de Lilia réagirait de cette façon. J'ai dû lui donner le plus de force possible pour qu'elle prenne la décision de s'y rendre. Ses parents sont assez âgés et ont une mauvaise opinion de l'homosexualité. Bien entendu, ils ont bien découverts les fantasmes et les amours naissants de leur fille alors qu'elle était adolescente, mais ils ont laissé faire comme s'il s'agissait d'une maladie temporaire. Une sorte de crise d'adolescence. Nous leur avons annoncé une visite par lettre et c'est moi qui ai pris la parole pour leur dire que j'attendais un enfant. Ils n'ont pas bronché. Nous sommes restées sagement mangé et nous sommes repartis. Lilia ne se sentait pas bien vis-à-vis de cela mais je l'aidais à tenir bon. Malgré quelques nausées que j'avais en soirée, ma grossesse avait l'air de bien débuter.

     

    Pour rapidement prévenir de la venue d'un bébé (qui étonnerait, pensais-je, plus d'un et une !), j'ai fait parvenir, après seulement 4 semaines de grossesse, la déclaration à ma caisse d'assurance maladie et à la caisse d'allocations familiales. Quelques jours après, j'ai prévenu mon employeur – qui de toute façon ne connaît pas Lilia. Etant restée dans mes rêves et mon enfance, j'ai trouvé que ces fonctionnalités à remplir n'était pas de tout repos.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :